Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog des EMBÊTÉS

QUAND LA TUNISIANITE ATTEINDRA-T- ELLE, ENFIN, LA COULEUR DE L’HUMAIN ? Par Moncef Bouchrara

QUAND LA TUNISIANITE ATTEINDRA-T- ELLE,  ENFIN, LA COULEUR DE L’HUMAIN ? Par Moncef Bouchrara
NDLR: Nous publions cet article qui date de 2014 et qui est d'une grande actualité, comme la majorité des écrits de Moncef Bouchrara qui ont toujours été en avance sur leur temps.

QUAND LA TUNISIANITE ATTEINDRA-T- ELLE, ENFIN, LA COULEUR DE L’HUMAIN ?

La Tunisianité n'est pas donnée une fois pour toutes. Elle est à re-inventer tous les jours et par chacun de nous. Elle ne peut être confondue avec des définitions juridiques : le droit du sang ou le droit du sol. La Tunisianité est l'enfant de notre imaginaire à tous, de notre désir de vivre ensemble une aventure particuliere qui ne ressemble pas aux autres. Elle est projection et espoir collectif.

Cessons de croire et de nous conduire, par conséquent, comme si elle était définitivement définie, et que l'on connait déjà son visage. Tout comme l'enfant en gestation, dont même la mère ne connait pas encore l'odeur ou le visage, la tunisianité n'existe qu'à travers le dévoilement et l'incomplétude. Elle est la vie de cet enfant qui va naître en chacun de nous. Et si nous n'avons pas l'occasion, chaque année, de vivre dans l'émotion la plus intense, le corps collectif que nous lui attribuons, ( un 1 juin 1955 ou un 11 janvier 2011 par exemple), gardons au plus profond de nos mémoires la certitude de cet attachement à sa perpétuation, par delà les symboles qui peuvent lui être attachés.

La Tunisianité est l'oeuvre de chacun sans exception et sans limite, même si nous nous rangeons pour la vivre derrière quelques vers de poète ou quelque geste d'artiste ou le sacrifice de la vie de l'un de nous.

Ne permettons à personne de dire ses traits définitifs ou de la confondre avec un attribut qui puisse exclure l'apport de qui que ce soit. La Tunisianité n'est pas frontiére, elle est far west. Elle l'est l'ocean à arpenter. Ce sont nos créativités différentes qui en sont les outils et aussi et surtout le but suprême.

Je suis en attente d'être fécondé par le mot, le geste, le rire de mon voisin , de l'inconnu qui s'avère être ma moitié sans que je ne l'ai su à l'avance. La Tunisianité me fait partager la saveur du "nous" comme la forme la plus accomplie de l'altérité. Elle me fait ré-interpreter le monde qui bouge tout autour de moi.

Ma Tunisianité m'a ouvert les yeux et m'a fait m'estranger, m'exiler à l'interieur de moi même, m'exiler vers les autres comme les chiens et les autres animaux qui nous apprennent l'empathie et même la tendresse.

Si nous réussissons à faire de la tendresse pour l'inhabituel , pour le différent, l'inoui et le non conforme, si nous réussissons à faire qu'un jour cette tendresse là devienne observable spontanément chez chacun de nous, bref, qu'elle devienne un trait collectif, une distinction culturelle, "une tendresse sociale", alors, la Tunisianité aura la couleur de l'humain .

Paris le 20 mars 2014
Moncef BOUCHRARA

Copyright 2016 Le Journal d'un Groupe Citoyen Tunisien

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article