Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Blog des EMBÊTÉS

Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker

NDLR: La série éditoriale "Les Embêtés ont du talent" collecte les statuts les plus beaux , les plus réfléchis, les plus porteurs de messages ou d'idées inspirantes, publiés sur la page du groupe citoyen " On a été embêté pour vous " ou par ses membres sur leur pages et traitant de la culture citoyenne. Ces articles sont bien sûr publiés avec l'autorisation de l'auteur. A vos plumes les Embêtés!
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker

Dimanche 30 Avril, 8h15

Grand jour pour les Atidiens qui votent leur nouveau bureau exécutif.
C'est vrai que c'est dimanche, c'est vrai que la semaine était chargée mais pour les Atidiens il n'y a pas de dimanche quand il s'agit d'accomplir son devoir citoyen.
Ce matin me rappelle tous les matins des 4 élections que j'ai eu à observer en tant que membre du bureau exécutif.

Il me renvoie à ces souvenirs...des rues désertes tôt le matin sur la route vers le quartier général de l'ATIDE, avec la voix de Moez Bouraoui à la radio dans la toute première émission avant même l'ouverture des centres de votes, pour parler du climat général, de la préparation de l'ATIDE pour l'observation des élections...

La journée et la nuit allaient être longues mais nous étions nombreux, nous étions une force, unie et mue par la même motivation: réussir l'épreuve de l'exercice de la démocratie.

Arrivée au siège, l'odeur du café, incontournable!. Raouf Boutara a déjà ramené des croissants et veille que la logistique est bien huilée, Fatma Elandoulsi est accrochée au téléphone à répondre aux derniers appels des régions. Hichem Chebbi et Leila Chraibi sont prêts à répondre aux premières sollicitations des journalistes mais gardent un oeil sur la grande ruche ou une dizaines d'abeilles sont déjà à leurs postes.

Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker

Première salle, des visages familiers devant leurs fiches ou leurs téléphones attendent les remontées du terrain pour les données qualitatives, ils sourient, ou s'énervent. Ils rigolent dans les moments de grande tension pour une blague arrivée d'un bureau, parfois d'un endroit dont ils entendent le nom pour la première fois ou nous sollicitent pour une intervention urgente parce que tel dépassement demande que l'ISIE soit informée...

Dans l'autre salle, pas de place pour l'improvisation ou le bruit, c'est la salle des ordinateurs et des calculs. Si Khaled Khoudja calme et imperturbable. Après des semaines épuisantes à mettre en place et à expliquer bureau par bureau le système d'information, il sait que les Atidiens ont bien compris comment se servir des outils qu'il a mis à leur disposition et il essaye d'anticiper les imprévus, il les attend de l'autre bout de son ordinateur pour accueillir les chiffres qui vont tomber à chaque étape du vote.
Moez Bouraoui est dans son bureau, son téléphone n'arrête pas de sonner.

La ruche commence à récolter des remontées du terrain et nous avons une idée sur l'ambiance dans une partie représentative des bureaux de vote sur tout le territoire tunisien...

Je fais pression sur Si Khaled pour qu'il active son équipe et qu'il me donne les premiers chiffres. Eh oui, les données qualitatives ne suffisent pas, ils me faut les chiffres exacts, combien de bureaux ont ouvert à l'heure, tout le matériel était-il présent, les listes étaient-elles toutes affichées, les membres responsables des bureaux de votes étaient-ils là? en nombre suffisant?
Vite il nous faut déjà notre premier communiqué...

En haut le bureau de Tunis 2 est proche, Beya Lengliz garde un oeil sur les bureaux de vote dans les quartiers les plus sensibles et une oreille sur ce que rapporte son équipe dont Soraya Fersi Meriem Chouikha Henda Hachicha et bien d'autres...

Je passe par Tunis 2 parce qu'en haut aussi il y a le quartier général de l'équipe Com. 
Kouraich Jaouahdou s'impatiente, le communiqué doit sortir, mais si Khaled me demande d'attendre parce qu'il faudra vérifier, avant de diffuser, il fait ses calculs, et nous permet de réajuster par rapport au données qualitatives et des incidents arrivés du terrain.. L'objectivité toujours l'objectivité...

Habiba Chouikha est là pour attirer l'attention à quelque détail passé inaperçu...La journée avance plus vite que prévu, chacun absorbé par sa tâche, et le soir arrive et commencent à affluer les soldats rentrés du terrain avec des récites, avec des livrets... d'autres resteront dans les centres de compilation et passeront une nuit blanche sur place...

Les bureaux du grand Tunis sont là, Manouba avec Sami Ben Yahia, Yousra Zeddini mais Bassem Matar n'est jamais loin et rejoindra rapidement l'équipe de rédaction. Le bureau de Ben Arous est toujours présent et vient en renfort pour prêter main forte au bureau central, Walid Khanchouch et Abdelhak Soltani avec deux ou trois jeunes à chaque fois qui viennent découvrir le fameux bureau central où tout se concentre ou le traitement et l'analyse de l'information peut commencer..

L'équipe de rédaction se réunit autour de Leila Chraibi , Hejer Sdiri Chebbi , Abdeljaoued Harrazi que personne ne remarque mais qui, par son expertise juridique donne le ton juste au phrases qui ponctuent les rapports...

Moez Bouraoui passe entre les cellules, il centralise les données, met une touche finale sur les communiqués et s'exprime dans les médias mais essaye d'être de moins en moins seul à le faire...Il faut que les autres prennent le relais, il faut qu'on s'habitue aux nouveaux visages de l'ATIDE ...Entre deux apparitions télé il faudra se concentrer sur le rapport préliminaire et préparer la conférence de presse....

Jusqu'à une heure tardive on s'active, nous sommes fatigués et nous devrions rentrer, certains dormiront parfois sur place pour reprendre de plus belle demain...

Juste une dernière discussion avec le coordinateur de Gabès, ou de Kairouan ou de Béjà et je vais rentrer... juste écouter une dernière plainte, ou piquer un fou rire, ne pas tarder à récupérer tous les livrets et à les envoyer en format papier dès que tout sera terminé...une dernière cigarette et on ferme les lumières..

Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker
Une journée extraordinaire de la vie d'une ATIDIENNE. par Dr Anissa Bouasker

Le lendemain réunion tout le monde dans le bureau de Moez, le temps presse, il faut avancer dans le rapport préliminaire, on nous reproche d'être trop agressifs dans notre critiques, mais nous ne dénonçons rien sans preuve et nous considérons que nous sommes là juste pour défendre le droit de tout citoyen à des élections libres, intègres, et transparentes, alors forcément nous ne pouvons pas nous contenter des indicateurs débiles purement techniques du jour du vote mais tout le processus et tous les biais en amont et qui peuvent influencer le vote d'une manière ou d'une autre passent au peigne fin...

 

On s'en fout des critiques, on a une vision, la notre, on a nos troupes qui ont travaillé très dur pendant des mois, alors il n'est pas question de négliger un rapport ou une photo, une idée ou document aussi politiquement incorrect soit-il parce que nous avions la confiance de nos adhérents et parce que nous nous devions de rester fidèles à nos engagements...

 

La conférence de presse approche et tout le monde est au plus haut niveau de stress, nous savons que ce que nous allons dire va déranger, mais ça sera la stricte vérité, et on s'en fout... on ne cherche pas à plaire aux politiques, ce n'est pas le pouvoir qui nous intéresse mais la manière d'y accéder...
 

Nadia Dhab l'artiste de l'équipe Com n'a pas fait que créer l'image, le logo, le style et l'ATIDE attitude, mais veille à ce que tous les supports de communications soient conformes et respectent la charte des couleurs. Discrète, très discrète, mais tellement présente par son empreinte sur l'identité visuelle de l'ATIDE ...Pas question pour elle de se contenter du fond et de bâcler la forme, le contenu devait être juste, mais il fallait aussi que ça soit beau...

 

Chute de la tension après la conférence de presse... reprise d'un rythme normal où un noyau va se remettre à travailler les textes de loi problématiques, va faire du plaidoyer et chercher à convaincre avec des propositions de réformes...

Les cellules dormantes vont reprendre leur rythme habituel en attendant d'être réactivées à l'approche des rendez vous électoraux..

 

Voilà ce qui me reste de mon activité durant toutes ces années où nous n'avons pas fait qu'observer des élections, mais veiller à protéger tout le processus électoral...

 

Ce matin nous votons le nouveau bureau exécutif, je continuerai à servir là où je serai, mais ces moments de l'histoire de l'ATIDE resteront à jamais dans ma mémoire et mon coeur."

 

 

Dr Anissa Bouasker, 30 Avril 2017

 

 

@copyright Le Journal d'un Groupe Citoyen Tunisien, Avril 2017

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article